Blog Handissimo
Retour

Fondation Macif : Marie, engagée aux côtés de Handissimo depuis 2019

24 juillet 2020 Partenaires

En 2019, la Fondation Macif a soutenu 180 projets, dont Handissimo. Découvrez le portrait de Marie, chargée de mission.

Bonjour Marie, parlez-nous de votre métier à la Fondation Macif !

 

« Être chargé de mission dans une fondation d’entreprise, c’est se retrouver dans une position un peu particulière : d’un côté, on accompagne et on finance du risque, en gardant à l’esprit qu’on soutient des projets d’intérêt général et, d’un autre côté, on est dans le
cadre d’une entreprise dont on peut potentiellement mettre en jeu la notoriété ou la réputation.
Au quotidien, le métier consiste à partir à la recherche de projets, à la rencontre de personnes qui ont commencé à imaginer des choses dans leur coin, parce que ça rend la vie plus facile ou plus vivable, soit pour eux-mêmes soit pour d’autres. L’intérêt de ce métier c’est la découverte d’univers qui peuvent être éloignés du nôtre et c’est la rencontre avec des gens qui se passionnent pour une cause qui envahit parfois toute leur vie. Se sentir embarqué dans une aventure qu’on n’aurait pas forcément imaginée, c’est à la fois le stress et le charme de ce métier. »

 

Ce que Marie aime le plus dans son métier : défendre des projets dans lesquels elle croit.

Logo_Fondation_Macif

Quels sont pour vous les critères de choix d’un projet ? Quel rôle jouez-vous dans les projets présentés à la Fondation Macif ?

 

« Un critère très important pour moi c’est la prise en compte par le porteur de son environnement. Un projet ne naît pas hors sol et ne se nourrit pas de rien. Je serai attentive à comment très vite le porteur va rencontrer des personnes qui sont déjà avancées sur son sujet, qui va aller voir les représentants des collectivités territoriales, qui va chercher à se rallier de partenaires. Qui va chercher à partager des infos.

Mon rôle principal, c’est de croire à un projet naissant et lui apporter la confiance nécessaire pour qu’il puisse aller de l’avant, un peu comme un parent le fait avec son enfant. C’est aussi le rôle que s’assigne la Fondation Macif : d’être en effet levier pour déclencher l’intervention d’autres acteurs. »

 

Son rôle principal : apporter de la confiance à un projet émergent. Un premier financement, une première aide, déclenche tout le reste.

 

Est-ce que vous pensez que le numérique peut rendre le monde plus humain ?

 

« Au quotidien, cela rend de grands services, permet de gagner du temps, d’avoir des informations rapidement. Quand on regarde les choses de manière un peu plus approfondie, on a un peu plus l’impression d’un contrat faustien : nos données sont monétisées, la consommation d’énergie est énorme, etc. J’ai donc une certaine méfiance envers le numérique, et c’est pour cette raison que Handissimo est l’un des seuls projets numériques soutenus par la Fondation Macif : il m’a vraiment semblé mettre à profit le meilleur du numérique pour simplifier la vie des familles confrontées au handicap. »

 

Pourquoi avez-vous cru dans le projet Handissimo et pourquoi l’avoir soutenu via la Fondation Macif ?

 

« L’engagement et la conviction de Ségolène Frandon, la fondatrice de Handissimo, m’ont évidemment marquée. Elle a concrètement vu le besoin des familles qui doivent s’orienter dans une jungle indescriptible alors qu’elles sont en détresse. Ce qui m’a plu et m’a donné envie de défendre le projet, c’est justement que le projet allie un outil – la plateforme – à tout un travail d’animation de terrain et de réseau humain. L’un ne peut aller sans l’autre. Enfin, le Groupe Macif est présent sur la santé et va y être de plus en plus et il me semble important que la Fondation Macif puisse donc garder cette position de laboratoire d’innovation qu’elle a toujours eu vis-à-vis du groupe. »

 

https://www.fondation-macif.org

Juil 24
L'article parle de :