Blog Handissimo
Retour

Le congé proche aidant : un pas uniquement symbolique pour les parents d’enfant handicapé

18 novembre 2020 Actualité

Le congé proche aidant : un premier pas symbolique pour les aidants

Le congé proche aidant marque un début de reconnaissance pour les aidants. Handissimo fait le décodage et vous explique pourquoi le congé de présence parentale reste malgré tout plus intéressant.

Depuis le 30 septembre, le congé proche aidant est indemnisé. Cette mesure était fortement attendue puisqu’un aidant sur deux exerce une activité professionnelle en parallèle du temps qu’il consacre à son proche, enfant, conjoint ou parent en situation de dépendance ou de handicap.

Grâce à ce congé proche aidant, un aidant peut cesser de travailler temporairement pour s’occuper de son proche

 

Quelle durée pour le congé proche aidant ?

Le congé de proche aidant a une durée de trois mois maximum (éventuellement plus si la convention de l’entreprise est plus favorable), renouvelable jusqu’à un an sur l’ensemble de la carrière. Il peut aussi être pris de façon fractionnée ( par tranche d’un jour minimum). Attention, il faut distinguer la durée du congé, et celle de l’allocation journalière. L’allocation ne peut être touchée que 22 jours par mois maximum, et 70 jours dans l’ensemble de la carrière.

 

A qui le congé proche aidant s’adresse-il ?

Le congé proche aidant est ouvert à tous les salariés, aux indépendants et aux demandeurs d’emploi, résidant en France de façon régulière. Aucune condition d’ancienneté n’est exigée.
Il s’adresse aux personnes qui ont:
  • un proche fortement dépendant, avec un taux d’incapacité supérieur à 80%, ce qui indique des difficultés importantes dans la majorité des actes du quotidien (se lever, s’habiller, se laver, se nourrir…).
  • un proche âgé en perte d’autonomie, avec un GIR (Groupe Iso-Ressources) entre 1 et 3, ce qui correspond au minimum à un besoin d’aide pour les soins corporels voire une perte d’autonomie plus importante.

Quel montant et quelles démarches pour le congé proche aidant ?

Il est accordé pour la durée de 3 mois sans dispositions conventionnelles, avec renouvellement d’un an en faisant la démarche auprès de son employeur en envoyant certaines pièces justificatives. L’allocation journalière est de 52 euros si l’aidant est une personne isolée et de 43,80 euros s’il vit en couple. Pour bénéficier de ce congé, prévenez votre employeur au moins 1 mois à l’avance sauf urgence (hospitalisation de votre enfant par exemple) par mail ou lettre en précisant :

  • Votre volonté de suspendre votre contrat de travail pour bénéficier du congé de proche aidant
  • La date souhaitée du départ en congé
  • Si vous souhaitez ou non fractionner le congé ou le transformer en temps partiel

Joignez à votre courrier une déclaration sur l’honneur de votre lien avec la personne aidée et une autre précisant que vous n’avez pas eu précédemment recours à ce type de congé .L’allocation Proche Aidant vous sera versée par la CAF. Pour cela il faudra remplir et renvoyer à la CAF ce formulaire.

Le congé de présence parentale plus intéressant pour les parents d’enfant handicapé.

S’il s’agit d’un début de reconnaissance pour les aidants, on regrette bien sûr sa durée bien insuffisante, en particulier pour les parents qui ont un enfant en situation de handicap .Le congé de présence parentale correspond finalement mieux à leurs besoins. Il permet d’accompagner son enfant de moins de 20 ans qui est handicapé ou atteint d’une maladie grave. Comme pour le congé proche aidant, aucune condition d’ancienneté n’est exigée.

Ce congé est de 310 jours ouvrés (soit l’équivalent de 15 mois), sur une période maximale de trois ans. Il fait l’objet d’un nouvel examen tous les 6 mois et peut être renouvelé si l’état de santé de l’enfant handicapé le justifie .Pendant le congé de présence parentale, vous n’êtes pas rémunéré mais vous pouvez bénéficier de l’allocation journalière de présence parentale (AJPP), qui est du même montant que la rémunération du congé proche aidant. Cette allocation peut être touchée au maximum pendant 310 jours.

Pour en bénéficier, vous devez envoyer à votre employeur, au moins 15 jours avant le début du congé, une lettre recommandée avec accusé de réception ou faire une demande remise en main propre contre décharge, en joignant un certificat médical qui atteste:

  • de la particulière gravité de la maladie, de l’accident ou du handicap,
  • et de la nécessité d’une présence soutenue auprès de l’enfant et des soins contraignants.

Chaque fois que vous souhaitez prendre un ou plusieurs jours de congé, vous en informez votre employeur au moins 48 heures à l’avance.

Il est aussi possible pour les aidants de bénéficier de jours de repos donnés parleurs collègues. Les collègues d’un salarié aidant ont en effet la possibilité de renoncer de façon anonyme à leurs jours de repos non pris – RTT, récupération, congés payés (à l’exception des quatre premières semaines) – pour les céder à un salarié aidant. Ce don permet à l’aidant d’être rémunéré durant son absence.

Nov 18